LE ROCK’n ROLL

dansea2, Réunion, danser le tango à la Réunion

Le Rock’n roll et nous, c’est un longue histoire, commencée en 1978… et ça continue… Je ne remercierai jamais assez le Rock de m’avoir mis le pied dans le monde merveilleux de la danse que je n’ai plus quitté, et qui me donne la chance de connaître tous les jours davantage de personnes ou de choses ou  de pays! 

Inscrivez vous pour les Portes Ouvertes gratuites ici!

Un peu d’histoire du Rock’n Roll

Les définitions ci-dessous sont empruntées avec son autorisation, à Daniel LOUIS, auteur de l’excellentissime site indiscutablement le plus documenté et le plus riche sur le swing à ma connaissance, fruit d’un long et remarquable travail, que je vous conseille vivement de consulter, cliquez ici:  swing-time.fr  Merci Daniel!

L’influence des Noirs sur la naissance de la musique Rock’n Roll a été déterminante. Ce genre musical mêle le Boogie-woogie, le Jump-blues et le Rythm and blues avec l’apport de la culture blanche marquée par la musique Country et la Hot dance country music renommée Western swing en 1931.
Dérivé des musiques traditionnelles du monde rural blanc du Middle West des États Unis, le Country naît dans les années 1920. Le Western swing est lui issu des bals du Texas ; et vers 1935-1936, le Texas, l’Oklahoma ou l’Arizona ne dansent plus qu’au son des orchestres de Western swing. Le jump blues quant à lui, est un genre de Blues « up-tempo » orchestré pour des big bands. Il est caractérisé par des adaptations musicales swing, un rythme insistant, les vocaux syncopés et énergiques, et les chansons aux paroles racées et comiques. L’instrument le plus important dans le Jump blues était le saxophone; la guitare y figurait seulement comme instrument rythmique. Les premiers efforts dans ce genre sont parus pendant les 1930s, et le genre a atteint un sommet de popularité pendant les 1940s et 1950s. Les artistes les mieux connus de ce genre était Wynonie Harris, Louis Jordan, et Big Joe Turner, qui étaient les premiers musiciens Américains noirs à atteindre du succès hors du race music (Rhythm and blues) ou du Jazz. Le Jump-blues influençait fortement le son du Rock and roll de cette époque.
Le morceau Shake, Rattle, and Roll écrit par Jesse Stone, sous le nom de Charles E. Calhounde, est enregistré par Joe Turner en 1954, et a fourni un grand succès à Bill Haley and his Comets, qui a « couvert » la chanson en 1954.

dansea2, Réunion, danser le tango à la Réunion

À Memphis, en janvier 1954, un jeune homme grave pour ses 19 ans un premier microsillon deux faces , puis en juillet un deuxième comportant le titre That’s All Right Mama qui connaît un succès foudroyant. Ce chanteur s’appelle Elvis Presley.

dansea2, Réunion, danser le tango à la Réunion
Bill Haley and his Comets en mai 1955 est premier au Hit-parades avec Rock Around The Clock .
La musique Rock’n Roll des années 1950 s’accompagnait d’une danse de couple inventée par des Blancs. Ce Rock’n’Roll dérive du Lindy Hop ou Jitterbug (États Unis), du Boogie Woogie (Allemagne), du Be-Bop (France), du Jive (Angleterre) qui se dansaient dans les années 30 à 50. Le Rock’n’Roll est une danse athlétique voire acrobatique basée sur une multiplication de figures en couple fermé, ouvert et lâché. Il existe deux variantes bien différentes : le rock « à quatre temps » et le rock « à six temps ». Les deux versions sont composées d’innombrables passes plus ou moins complexes. C’est le cavalier qui guide et décide des passes à réaliser, et de ce fait il n’y a quasiment pas d’improvisation personnelle pour la danseuse contrairement au Lindy hop.
Pour en savoir plus sur l’histoire et l’actualité du Rock’n’Roll, visitez  le site countryfr.com de l’association ROCK AND ROLL REVUE créée par Jean-Marc Dumpy MARCEAU & Bernard « Big Joe » ZITOUNE Big Joe 

dansea2 Réunion, danser le tango à la Réunion